Ligamentoplastie du ligament croisé antérieur

Epidémiologie

Le ligament croisé antérieur (LCA) constitue avec le ligament croisé postérieur (LCP) le pivot central du genou, représentant l'un des éléments clefs de la stabilité de cette articulation.

La fréquence de survenue d'une rupture du LCA est estimée à 0,3/1000 personnes/an. Plus de 100.000 ruptures / an seraient répertoriées aux USA. La rupture du LCP est, a contrario, beaucoup moins fréquente que celle de son corolaire.

L'incidence de la rupture du LCA s'est accrue avec l'augmentation de la pratique sportive dans la population générale. Les sports les plus impliqués dans la survenue de cette blessure sont les sports pivots comme le ski et le tennis et surtout les sports pivots-contacts, plus traumatisants encore, comme le rugby, le foot ou le hand-ball.

Le risque de blessure augmente avec le niveau sportif. Par ailleurs les femmes ont un risque accru par rapport aux hommes. On reconnait aussi l'existence de facteurs constitutionnels, notamment anatomiques au niveau de genou, ou d'autres plus généraux comme l'hyperlaxité.

Que faire en cas de rupture du LCA ?

On considère que l'opération chirurgicale ne se discute pas chez le sportif compétiteur.

En revanche, chez le sujet sédentaire ou peu sportif, il est possible de tenter un traitement fonctionnel.

Mais en cas d'échec du traitement fonctionnel avec persistance d'une instabilité, la reconstruction chirurgicale du ligament s'impose pour éviter la survenue de lésions méniscales et l'évolution vers une arthrose précoce du genou.

Au décours de la reconstruction chirurgicale du ligament croisé antérieur, les clefs d'un bon résultat fonctionnel reposent, d'une part, sur la qualité de l'acte chirurgical et, d'autre part, sur la conduite de la rééducation.

En l'espace de 20 ans, les techniques opératoires et la rééducation ont beaucoup progressé, suffisamment, pour permettre chez un sportif jeune et motivé, la reprise de la pratique sportive, en compétition, dans près de 90% des cas.

Les principaux temps de la rééducation après chirurgie du LCA

La reprise du sport

La reprise des entraînements n'intervient pas généralement avant le 6ème ou le 8ème mois post-opératoire et dépend du niveau de récupération, du type de sport pratiqué et de l'avis du chirurgien.

Il est souhaitable que le déficit musculaire, du côté opéré, n'excède pas 10-15% par rapport au côté sain.

Par ailleurs, le genou doit être indolore, non inflammatoire et stable. Et faute d'être complète, la mobilité doit être fonctionnelle.

La reprise des sports sans contact peut être habituellement envisagée plus tôt que celle des sports avec contact.